Urgence de la parole, un atelier d’écriture avec Pierre Guéry et le théâtre La Cité

Pierre Guéry SuperposCet atelier d’écriture et de lecture performative met en présence Pierre Guéry, auteur-performeur, artiste associé au Théâtre La Cité, et des étudiants de troisième année de la Licence Sciences et Humanités.

Le point de départ de ce travail est un désir d’articuler autrement (c’est-à-dire de manière non académique) le langage et la pensée dans un cursus résolument pluridisciplinaire. Quel langage ces étudiants élaborent-ils pour traduire leur pensée ? Quels exercices de pensée, mais aussi quelles pratiques de langage peuvent transformer les savoirs transmis en langage singulier ? Comment créer une pensée qui trouve une origine en eux-mêmes ?

En d’autres termes : une sensation de penser et une sensation de la pensée qui cassent les codes rhétoriques habituels et amènent vers l’expression d’une sincérité face à la masse de connaissances reçue lors du parcours pédagogique.

Cette articulation – que la vitesse et la densité des études ne permet pas le plus souvent – passera à la fois par une réflexion/expérimentation sur la norme et l’écart (langage académique versus langage poétique) via des propositions formelles d’écriture à la table, et par diverses modalités de prise de parole dans un espace non académique – à savoir le plateau de théâtre, lieu de libre création et d’existence incarnée des textes écrits.

L’objectif de l’atelier est double :

  • faire de l’exercice poétique une des possibilités individuelles et collectives de transformer la pluridisciplinarité en transdisciplinarité ;
  • faire de la lecture performative un instant de prise de parole publique, hors des espaces ordinairement dévolus aux étudiants.

L’exercice poétique sera celui de l’oraliture : chercher l’écart dans la norme écrite ; chercher l’oralité dans l’écriture. Emprunter à la parole pour écrire ; écrire pour dire son chemin personnel dans le parcours d’étude, parler de ce qui est appris, formuler les questions qui font cheville entre une multitude de savoirs et une diversité de rapports au monde, exprimer les tiraillements entre idéaux et réel. Nous ferons de cet exercice poétique un endroit collectif où tout cela travaille et se travaille. En habitant ce temps comme un moment de recul et de plaisir, de refonte et de ré-adéquation, matérialisé dans une performance finale dont l’issue publique aura lieu le vendredi 7 avril.

Pour en savoir plus sur l’atelier 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *